Usurpations identités: comment les éviter ?

Même si le développement numérique facilite le quotidien, il présente toutefois des inconvénients dont l’usurpation d’identité en fait partie. Il faut savoir que l’usurpation d’identité possède une définition légale qui est prévue aux articles 226-4-1 et suivant du Code pénal. Ces dispositions appréhendent l’usurpation comme l’utilisation de l’identité d’une autre personne afin de réaliser ou d’accomplir des actes frauduleux. D’après la loi, un tel délit porte atteinte à l’honneur et à la tranquillité de la vie de la victime, d’où l’intérêt de bien se protéger. Sur ce point, contrairement à ce que l’on pense, il est tout à fait possible de prévenir l’accaparement des données par l’usurpateur. Pour cela, il faut adopter les bons gestes.

La prudence en cas d’échange de données personnelles

Lorsque l’on est conscient du danger de l’usurpation d’identité, la première question à laquelle on se pose est la suivante : comment préserver son identité légale ? À première vue, tout semble croire qu’il s’agit d’une mesure à la fois difficile et compliquée, pourtant ce n’est pas le cas. Déjà, il est déconseillé de fournir à n’importe qui ses données personnelles (carte d’identité, numéro bancaire, etc.). Si possible, il est toujours préférable de se renseigner sur le demandeur qui peut être la banque, l’assurance, l’administration, etc. Si l’on a des doutes, alors, ce serait mieux de ne pas lui délivrer des informations, sans avoir les preuves de sa fiabilité. Par ailleurs, si l’on souhaite éviter l’usurpation d’identité sur internet, il faut également se méfier de l’hameçonnage, c’est-à-dire des emails étrangers qui sollicitent la fourniture des données personnelles. Il est donc conseillé de ne pas les ouvrir afin d’éviter le partage des données. Néanmoins, la meilleure solution de préserver son identité est de protéger son ordinateur contre les virus.

Les mesures de précaution à faire

Pour comprendre l’usurpation d’identité, il convient de se pencher sur l’usurpateur et sa définition. En terme légal, il s’agit d’une personne qui utilise le nom et l’identité d’une autre personne en vue de réaliser des transactions commerciales, civiles ou pénales. Ainsi, afin d’obtenir d’autres faveurs de la part de ses victimes, elle n’hésite pas à employer les données personnelles qu’elle avait obtenues de sa première victime. Cela pour dire que l’usurpation présente d’énormes dangers à la personne touchée. C’est la raison pour laquelle, il faut toujours rester vigilant. Si l’on a par exemple l’intention d’acheter des produits sur Internet, il est conseillé de bien vérifier l’existence de la plateforme. C’est également le cas si l’on décide de souscrire à un service en ligne. Il est toujours important de vérifier l’organisme avant de délivrer le numéro de la Carte nationale d’identité, ou encore celui de la carte bancaire.

Les gestes à adopter en cas d’usurpation d’identité

En cas d’usurpation d’identité, que faire ? Cette question est certainement la plus posée lorsque l’on est victime de ce délit. Eh bien ! la réponse n’est pas toujours évidente surtout si l’usurpateur avait déjà utilisé certaines données personnelles. Dans tous les cas, la première chose à faire est de contacter sa banque afin d’annuler les transactions douteuses. Cela permet ainsi d’annuler les prélèvements en cours. Changer le numéro de la carte s’avère être également une meilleure solution. En outre, il est aussi conseillé de se rendre auprès de la police pour porter plainte pour usurpation d’identité. Pour cela, il faut déposer une plainte au nom d’une personne X, c’est-à-dire au nom de l’usurpateur en expliquant bien dans sa requête que l’on ait été victime d’une usurpation. Si nécessaire, il est toujours préférable de posséder un exemplaire de la plainte, afin d’avoir une pièce justificative en cas de conflit. Quoi qu’il en soit, on peut très bien se faire aider par un avocat en cas de difficulté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *