L’hydrogène bleu est pire que le charbon dans les tests

L’hydrogène bleu a été traité comme la bouée de sauvetage par l’industrie du pétrole et du gaz naturel, car le modèle économique dépend de l’extraction, du transport et de la combustion du méthane, l’un des principaux gaz à l’origine de l’effet de serre. Pour cette raison, ce marché devrait être l’un des plus touchés par les objectifs de décarbonisation des grands pays pour 2050.

A voir aussi : iPhone 7 : comment réparer soi-même un écran cassé ?

Dans cette optique, les grandes entreprises du secteur ont décidé de proposer l’insertion d’hydrogène dans leurs lignes de production, en tant que substitut plus respectueux de l’environnement au gaz naturel utilisé dans le chauffage domestique ou la production d’électricité. L’ « hydrogène vert » est considéré comme un combustible au carbone neutre lorsqu’il est produit à l’aide d’énergie solaire ou éolienne.

Cependant, la conversion des infrastructures de gaz naturel est assez coûteuse, mais c’est ce qui peut expliquer pourquoi des concessionnaires opérant uniquement au gaz naturel peuvent encore exister. Cependant, il y a un problème supplémentaire : « l’hydrogène vert » a un coût qui rend pratiquement sa production à grande échelle irréalisable, ce qui ne devrait pas changer dans au moins une décennie.

En parallèle : Comment entretenir correctement l’écran de votre iPhone 6 ?

Un raccourci

Pour raccourcir le processus de conversion et tenter de réduire le coût du processus, certaines entreprises du secteur pétrolier et gazier ont décidé de proposer la production d’hydrogène à partir de gaz naturel. Aujourd’hui, la plus grande partie de l’hydrogène utilisé sur la planète est produite par l’exposition du gaz naturel à des températures élevées, à la pression et à la vapeur, mais ce processus crée un sous-produit indésirable : le dioxyde de carbone.

Lorsqu’il est généré à l’aide de gaz naturel, l’hydrogène gagne d’autres noms en fonction de la façon dont il est produit. Lorsque tout le dioxyde de carbone est rejeté dans l’atmosphère, on l’appelle « hydrogène gris ». Lorsque le dioxyde de carbone est capturé par l’usine de distribution où il est produit, stocké ou vendu, le matériau obtenu est appelé « hydrogène bleu ».

L’industrie du gaz naturel considère l’hydrogène bleu comme un pont entre le gaz naturel et l’hydrogène vert jusqu’à ce que ses prix baissent finalement, car il pollue moins que l’hydrogène gris et encore moins que le gaz naturel ou d’autres carburants qui émettent de grandes quantités de gaz à effet de serre. Mais comme le dit le dicton : « En pratique, la théorie en est une autre ».

Ce n’est pas si neutre que ça.

La production d’hydrogène bleu n’est pas neutre en carbone

De nouveaux tests d’émission indiquent que l’hydrogène bleu n’est peut-être pas vraiment faible en carbone. Et une nouvelle étude montre des résultats encore plus surprenants : continuer à brûler du charbon a moins d’effet sur le climat que de générer de l’énergie par l’hydrogène bleu, comme c’est le cas aujourd’hui.

L’hydrogène bleu peut être produit de deux manières, toutes deux dépendantes d’un processus connu sous le nom de réforme. non. Dans les deux approches, le dioxyde de carbone est capturé et stocké ou utilisé ultérieurement.

En savoir plus :

Lorsque nous additionnons le captage du carbone du processus, de la réforme de la vapeur au captage du carbone, en passant par l’approvisionnement en énergie, l’élimination des émissions de gaz à effet de serre n’est que de 3 % par rapport au captage du carbone de la réforme de la vapeur. Les émissions d’hydrogène bleu n’étaient que de 12 % inférieures à celles de l’hydrogène gris.

Le point le plus faible de l’hydrogène bleu est le méthane utilisé dans sa production, cette substance est le principal composant du gaz naturel et parvient à être pire que le dioxyde de carbone pour le climat. Pour avoir une idée, une tonne de méthane est capable de chauffer l’atmosphère 86 fois plus que la même quantité de dioxyde de carbone.

Ainsi, si la combustion du gaz naturel est plus propre que le pétrole ou le charbon, d’éventuelles fuites le long de la chaîne d’approvisionnement peuvent entraîner la perte des avantages climatiques du méthane. Et ce n’est pas quelque chose à négliger, car la pétrochimie n’est pas connue pour préserver le bon entretien de leurs gazoducs.

Selon les climatologues Robert Howarth et Mark Jacobson, au moins 3,5 % de tout le méthane généré lors de la production d’hydrogène bleu finit par s’échapper dans l’atmosphère. Les chiffres, qui ont été relevés sur la base de 21 études sur les émissions provenant des champs de gaz, des pipelines et des installations de stockage de gaz.

Toutefois, cette estimation est quelque peu inexacte, d’autres modèles établissant ce taux à 1,54 %, 2,54 % et 4,3 % de fuites. Cependant, quel que soit le taux exact, le fait est que l’hydrogène bleu a créé plus de gaz à effet de serre que la simple combustion du gaz naturel, et si l’on considère que le taux de fuite est en fait de 3,5 %, l’hydrogène bleu devient pire que la combustion du charbon.

Un coup dur sur certains

Toyota a préféré utiliser l’hydrogène comme option pour l’électrification directe de son portefeuille. Crédit : Toyota/Disclosure

Selon Howarth et Jacobson, les émissions de méthane et de dioxyde de carbone pour la production d’hydrogène bleu et d’hydrogène gris sont supérieures à celles des combustibles fossiles. Cela peut être un coup dur pour les plans climatiques dans certains pays, comme le Royaume-Uni, qui vise à accroître la présence d’hydrogène bleu dans sa matrice énergétique.

En plus de la production d’électricité, l’étude soulève également quelques doutes quant aux plans du secteur des transports qui ont l’intention de passer à l’hydrogène. L’hydrogène est considéré comme la principale option pour la navigation et le secteur aérien, mais aussi pour les voitures et les camions. Pour les véhicules terrestres, les constructeurs automobiles auront du travail pour justifier l’utilisation de l’hydrogène au lieu de l’électrification.

L’une des entreprises qui ont choisi et à mi-chemin entre les combustibles fossiles et l’hydrogène vert peut être très préjudiciable aux plans, à l’image et aux ventes du constructeur automobile japonais, en particulier sur le continent européen.

Via : ARS Technica

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *