Le magasin qui a vendu une « boîte » IPTV pirate pourrait devoir payer 127 millions de R$

Un autre service IPTV piraté a été signalé pour violation du droit d’auteur. IBCAP (International Broadcaster Coalition Against Piracy) a déposé une plainte contre le service IPTV d’iStar. Le service est commercialisé aux États-Unis par Atlas Electronics qui, conformément au procès, a enfreint les droits exclusifs de l’un de ses membres, DISH Network. Avant de commencer le processus, l’entreprise a reçu plusieurs avertissements, mais ils ont été ignorés et la compensation peut désormais dépasser 127 millions de reais.

A voir aussi : Il est désormais possible de télécharger des vidéos sur Youtube via le navigateur

Le détaillant IPTV pirate devra payer une compensation millionnaire

Le procès inclut le propriétaire et directeur de la société iStar, Ahmed Karim, ainsi que le propriétaire et directeur d’Atlas Electronics, Alaa Al-Emara. Au total, la poursuite vise à obtenir le respect d’une injonction et d’une indemnisation de plus de 24 millions de dollars, ce qui peut atteindre l’équivalent de 127 280 millions de reais. Ce montant couvrirait les dommages causés par une violation directe et indirecte du droit d’auteur IPTV contre la société iStar.

Chris Kuelling, directeur exécutif d’IBCAP, a expliqué que l’agence était préoccupée par la décimination des plateformes IPTV illégales, ainsi que par toute autre pratique illégale de commercialisation de tels produits.

Dans le meme genre : COMMENT VERMIFUGER VOTRE CHAT

« IBCAP continue de coordonner les attaques contre les pirates du droit d’auteur, en veillant à ce que les services non autorisés et leurs détaillants soient tenus responsables lors d’essais massifs et que leurs plateformes soient fermées. »

Il convient de rappeler qu’IBCAP a une expérience positive dans la lutte contre le piratage dans le pays. Ces procès ont inclus des récompenses monétaires et, dans la plupart des cas, ont obligé les détaillants à conclure la transaction. Au total, il y a environ 20 cas de réussite.

Attention ! Vendre ou acquérir une IPTV pirate est un crime

Partout dans le monde, les services IPTV ou d’autres plateformes de streaming, telles que Netflix, Amazon Prime, HBO Max, Disney+, et même Spotify et Deezer, sont victimes de piratage. Des pays comme le Portugal et les États-Unis ont également pris plusieurs mesures pour renverser les services illégaux. En juillet, par exemple, la police portugaise a abandonné un service qui comptait plus d’un millier de clients et a arrêté 9 personnes impliquées dans le service qui violait le droit d’auteur. Plus récemment, environ 240 personnes qui ont vendu ou utilisé un certain système IPTV illégal ont été condamnées à payer une amende de 150 000 R$.

Le

mois dernier, les services VPN ont été ciblés par des organes qui luttent contre le piratage aux États-Unis. Plusieurs utilisateurs ont utilisé ces services pour contourner les interdictions locales d’accès à des systèmes illégaux. Au Brésil, des entités telles qu’Anatel et Receita Federal ont mené plusieurs enquêtes et saisies de matériel destiné à Un Uaçu, une région limitrophe du Paraguay.

Pour éviter la bureaucratie à suivre pour renverser une plateforme IPTV piratée, Anatel a l’intention de créer un outil capable de rendre la procédure réalisable et de lutter contre le piratage de manière plus incisive. Vendre ou acheter un forfait IPTV pirate est un crime et peut amener les personnes impliquées à réagir criminellement. Même avec l’avancement de ces actions, le piratage est loin d’être terminé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *