La police ougandaise tue 5 personnes, dont un clerc, après des attentats à la bombe

KAMPALA, OUGANDA – Les autorités ougandaises ont tué au moins cinq personnes, dont un religieux musulman, accusées d’avoir des liens avec le groupe extrémiste responsable des attentats suicides de mardi dans la capitale, a annoncé jeudi la police.

Sujet a lire : Faire passer du bon temps aux enfants

Quatre hommes ont été tués dans une fusillade dans une ville frontalière près de la frontière occidentale avec le Congo alors qu’ils tentaient de rentrer en Ouganda. Un cinquième homme, un religieux du nom de Muhammad Kirevu, a été tué dans « une violente confrontation » lorsque les forces de sécurité ont fait une descente à son domicile à l’extérieur de Kampala, a déclaré le porte-parole de la police Fred Enanga.

Un deuxième religieux, Suleiman Nsubuga, fait l’objet d’une chasse à l’homme, a-t-il déclaré, accusant les deux religieux d’avoir radicalisé de jeunes hommes musulmans et de les encourager à rejoindre des cellules clandestines pour mener des attaques violentes.

En parallèle : Comment dénicher une robe de soirée pas chère mais chic ?

Les raids de la police sont intervenus après des explosions mardi au cours desquelles au moins quatre civils ont été tués lorsque des kamikazes ont fait exploser leurs explosifs à deux endroits à Kampala. Une attaque s’est produite près du bâtiment parlementaire et la seconde près d’un poste de police très fréquenté. Les attaques ont déclenché le chaos et la confusion dans la ville ainsi que des vagues d’inquiétude de la communauté internationale.

Vingt et un suspects ayant des liens présumés avec les auteurs sont en détention, a déclaré Enanga.

Le groupe État islamique a revendiqué les explosions de mardi, affirmant qu’elles avaient été perpétrées par des Ougandais. Les autorités ougandaises ont imputé les attaques aux Forces démocratiques alliées, ou ADF, un groupe extrémiste allié à l’EI depuis 2019.

Le président Yoweri Museveni a identifié les présumés kamikazes dans une déclaration dans laquelle il a averti que les forces de sécurité « venaient chercher » des membres présumés des ADF.

Craintes de répression

Alors que les autorités ougandaises subissent des pressions pour montrer qu’elles contrôlent la situation, les meurtres de suspects ont fait craindre une violente répression dont des innocents pourraient être victimes.

Malgré l’horreur des attentats à la bombe, “il reste essentiel de veiller à ce qu’aucune attaque terroriste ne se traduise par un chèque en blanc pour violer les droits de l’homme sous prétexte de lutter contre le terrorisme”, a déclaré Maria Burnett, avocate spécialisée dans les droits au Centre d’études stratégiques et internationales.

“Dans toute l’Afrique de l’Est, le terrorisme a parfois été un prétexte pour piéger des opposants politiques, des acteurs civiques et même des réfugiés en quête de protection”, a-t-elle déclaré. “De telles actions risquent de radicaliser les gens en faveur d’acteurs non étatiques et donnent à ces acteurs un outil de propagande facile.”

Human Rights Watch a déjà documenté des cas dans lesquels des agents de sécurité ougandais auraient torturé des suspects des ADF et les auraient détenus sans jugement pendant de longues périodes.

L’ADF s’oppose depuis des années au long règne de Museveni, un allié de la sécurité américaine qui a été le premier dirigeant africain à déployer des casques bleus en Somalie pour protéger le gouvernement fédéral du groupe extrémiste al-Shabab. En représailles au déploiement de troupes ougandaises en Somalie, ce groupe a mené des attaques en 2010 qui ont tué au moins 70 personnes qui s’étaient rassemblées dans des lieux publics à Kampala pour regarder un match de football de la Coupe du monde.

Mais l’ADF, avec ses racines locales, est devenue un défi plus pressant pour Museveni, 77 ans, qui a dirigé l’Ouganda pendant 35 ans et a été réélu pour un mandat de cinq ans en janvier.

L’ADF a été créée au début des années 1990 par des musulmans ougandais qui ont déclaré avoir été mis à l’écart par la politique de Museveni. À l’époque, le groupe rebelle a organisé des attaques meurtrières dans des villages ougandais ainsi que dans la capitale, dont une attaque de 1998 au cours de laquelle 80 étudiants ont été massacrés dans une ville près de la frontière congolaise.

Un assaut militaire ougandais a ensuite forcé les rebelles à pénétrer dans l’est du Congo, où de nombreux groupes rebelles peuvent se déplacer librement parce que le gouvernement central y a un contrôle limité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *