Au milieu d’une augmentation des cas, l’administration JK réimpose le verrouillage du week-end et prolonge le couvre-feu nocturne

Srinagar (Jammu et Cachemire) [India], 16 janvier (): Au milieu de la flambée des cas de COVID-19, l’administration du Jammu-et-Cachemire a réimposé samedi le verrouillage du week-end et a déclaré que le couvre-feu nocturne continuerait de rester en vigueur dans tous les districts de 21 heures à 6 heures du matin avec complet restrictions aux déplacements non essentiels sur le territoire de l’Union.

A lire également : Futurs bacheliers, comment se préparer aux grandes écoles ?

“Le couvre-feu nocturne restera en vigueur de 21 heures à 6 heures du matin avec une restriction complète des mouvements non essentiels. Il y aura une restriction complète des mouvements non essentiels pendant les week-ends dans tout le Jammu-et-Cachemire”, indique l’ordonnance.

La décision a été prise vendredi lors de la réunion du Comité exécutif de l’État (SEC) présidée par le secrétaire en chef Arun Kumar Mehta pour examiner la situation du COVID.

Avez-vous vu cela : Guide complet pour un déménagement réussi au Luxembourg

“Les magistrats de district des districts respectifs du Jammu-et-Cachemire doivent adopter une politique de tolérance zéro à l’égard du non-respect du comportement approprié COVID (CAB), et doivent garantir une action appropriée contre les contrevenants en vertu des sections pertinentes de la loi sur la gestion des catastrophes, de la loi sur les épidémies et de la loi sur les épidémies. Code pénal indien », lit-on dans l’ordonnance.

Conformément à l’ordre, les rassemblements intérieurs et extérieurs seront limités à 25 personnes suivis d’un rassemblement jusqu’à 25 personnes vaccinées dans les salles de banquet ou 25% de la capacité autorisée. Dans les salles de banquet, les gens devront montrer des rapports RT-PCR qui ne devraient pas dater de plus de 72 heures.

De plus, les salles de cinéma, les théâtres, les multiplexes, les restaurants, les clubs, les gymnases et les piscines fonctionneront avec seulement 25 % de la capacité autorisée.

Les établissements d’enseignement ont été autorisés à utiliser des supports d’enseignement en ligne, tandis que seuls les membres du personnel vaccinés peuvent fréquenter les établissements à des fins administratives.

Le secrétaire en chef a également ordonné aux administrations de division et de district de garantir une application à toute épreuve de tous les protocoles COVID et des SOP, soulignant qu’Omicron est plus virulent que la variante delta.

Il a ordonné une campagne de sensibilisation à grande échelle pour promouvoir les numéros d’assistance téléphonique COVID du district établis pour l’assistance médicale par téléphone.

Le secrétaire en chef a également appelé à la réactivation du réseau médical COVID au niveau du bloc pour faciliter les installations d’isolement au niveau du Panchayat, l’assistance médicale primaire dans les centres de soins de santé primaires et l’orientation vers les établissements de soins de santé de district et tertiaires en cas d’urgence.

“Le magistrat de district (président, DDMA) créera autant de micro-zones de confinement que nécessaire et selon la demande de la situation sur le terrain, en gardant à l’esprit l’augmentation des cas”, a-t-il déclaré.

L’administration du district a été chargée d’augmenter le nombre de tests, y compris le RTPCR, et d’accélérer l’identification, l’isolement et le micro-confinement des infections.

“Si les passagers arrivant sur le territoire de l’Union sont asymptomatiques, ils n’ont pas besoin de se soumettre à un test RT-PCR ou à un test rapide d’antigène COVID-19 à l’arrivée s’ils ont un certificat final équivalent de vaccinations COVID-19 ou un RT-PCR COVID négatif valide rapport pris dans les 72 heures”, a-t-il déclaré.

Cependant, des tests seront effectués sur les passagers entrants symptomatiques par avion/rail/route.

De plus, le mouvement inter-États des passagers sera autorisé sur la base d’un certificat entièrement vacciné ou de rapports de test non retardés de 72 heures.

L’administration a également insisté sur l’accélération de la campagne de vaccination dans la catégorie des 15-17 ans, qui est actuellement de 40 %.

Les fonctionnaires ont été invités à terminer la vaccination dans cette catégorie d’âge dans un délai d’une semaine.

Le secrétaire en chef a demandé au Département de la santé et de l’éducation médicale de donner la priorité à l’administration de doses de rappel aux populations vulnérables par le biais de sa campagne «Har Ghar Dastak». ()

Laisser un commentaire