Scream est de retour, mais c’est une lame émoussée à court de frayeurs

Le dernier film, le cinquième de la franchise, est dépourvu de l’esprit, de la sagesse, du dynamisme et de la vivacité de l’original.

Avez-vous vu cela : Guide complet pour un déménagement réussi au Luxembourg

Le “Scream” original, réalisé par le maître de l’horreur Wes Craven et écrit par Kevin Williamson, est sorti dans les salles de cinéma en 1996 et a révolutionné la forme slasher.

Sa conscience vertigineuse de son genre était une bouffée d’air frais et imbibée de sang après qu’une cavalcade de suites stupides de “Halloween” et de “Vendredi 13” ait vidé les films de slasher de tout signe de vie.

A découvrir également : Ce qu’il faut savoir autour des implants dentaires

Maintenant, 25 ans et trois suites plus tard, et pour la première fois sans l’éclat du regretté réalisateur Wes Craven et sans l’écrivain Kevin Williamson, “Scream” est de retour pour prendre un autre coup au box-office.

L’original était une aubaine au box-office, rapportant 173 millions de dollars sur un maigre budget de 14 millions de dollars. Sans surprise, au fil du temps, les budgets des suites ont augmenté et le box-office a diminué, le film le plus récent, “Scream 4”, rapportant 97 millions de dollars sur un budget de 40 millions de dollars.

Ce nouveau “Scream”, écrit par James Vanderbilt et Guy Busick et réalisé par Matt Bettinelli-Olpin et Tyler Gillett, dispose d’un budget gérable de 24 millions de dollars, et malgré l’hésitation potentielle du public née de la montée subite d’Omicron, espère être le premier blockbuster de 2022. Il y a de fortes chances qu’il gagne suffisamment lors de son week-end d’ouverture pour être le premier film à faire tomber le mastodonte “Spider-Man: No Way Home” de la première place du box-office du week-end pour la première fois en un mois.

“Scream” se définit à travers sa formule de conscience de soi de film slasher comme ni un redémarrage ni une suite, mais une “requelle”. Il présente de nouveaux personnages, mais se connecte également au film original afin de revitaliser la franchise.

De retour dans des rôles de soutien pour le cinquième volet de la franchise, les membres de la distribution originale Neve Campbell, David Arquette et Courtney Cox reprennent respectivement leurs rôles de Sidney Prescott, Dewey Riley et Gale Weathers.

Ils rejoignent le casting principal des nouveaux arrivants de “Scream”, dont la star Melissa Barrera dans le rôle de Samantha Carpenter, Jack Quaid dans le rôle du petit ami de Samantha, Richie, Jenna Ortega dans le rôle de la sœur de Samantha, Tara, Mikey Madison dans le rôle d’Amber et Dylan Minnette dans le rôle de Wes, entre autres.

Le scénario est comme celui de tous les autres films Scream. Dans la malheureuse ville de Westboro, un tueur est en liberté et cible un groupe d’amis. Il enfile un masque fantôme et tourmente ses victimes avant de les poignarder brutalement à mort.

Le “Scream” original était vibrant, vif, incroyablement intelligent et aussi tranchant que la lame d’un tueur en série. Mais après avoir battu, poignardé et tiré sur ce cheval mort jusqu’à la poussière, la franchise à sa cinquième sortie est aussi terne que la cuillère en plastique du bébé avec laquelle ils nourrissent leur public de cette mince bouillie de nostalgie édulcorée.

Le film essaie désespérément de rallumer le feu de l’original, mais il ne peut tout simplement pas, pour la durée de vie, trouver une étincelle nulle part. Le nouveau casting est un tas d’idiots peu attrayants, et même le retour d’Arquette, Campbell et Cox tombe à plat et ressemble à un signe que la franchise patauge plutôt que de fléchir.

Dans une tentative d’être froidement conscient de soi, ‘Scream’ admet sa faillite créative quand des personnages discutent de la façon dont “Hollywood est à court d’idées”, mais admettre que vous êtes à court d’idées n’est pas vraiment une idée.

Et quand le film a des personnages muse “comment le fandom peut-il être toxique?” et déclarer que “cette fois, les fans vont gagner!”, cela semble pathétiquement condescendant parce que les fans ne gagnent pas quand ils déboursent leur argent durement gagné pour voir ce vieux rechapé fatigué et sans originalité.

Bien que j’aie trouvé certaines des blagues les plus subtiles et les plus subtiles sur la franchise Halloween et en particulier “Il était une fois à Hollywood” légèrement amusantes, la vérité est qu’elles ne sont pas vraiment perspicaces et qu’elles ne valent certainement pas le prix d’admission. .

‘Scream’ se qualifie lui-même de slasher-polar, donc je ne dévoilerai aucun rebondissement, mais laissez-moi vous assurer, après avoir traversé ce gâchis ennuyeux et dérivé de deux heures d’un film qui, dans son dernier tiers, descend dans une orgie d’incohérence totale, je dirais que c’est moins un slasher-polar qu’un ensanglanté on s’en fout ?

Le plus grand péché de ‘Scream’ est que, contrairement au film original, ce n’est pas intelligent, ce n’est pas intelligent, ce n’est pas amusant, et le pire de tout, ce n’est pas effrayant. “Scream” n’est pas un film d’horreur – c’est juste un film d’horreur.

(RT.com)

Laisser un commentaire