Pékin dit que le Royaume-Uni a regardé trop de films 007 au milieu d’une rangée d’espions

Le service de renseignement britannique MI5 a lancé une alerte aux députés britanniques affirmant qu’un “agent du gouvernement chinois” a été ?actif? au parlement

Sujet a lire : cours de piano paris

Pékin a fermement démenti les affirmations selon lesquelles Christine Lee travaillait au nom du Parti communiste chinois (PCC) pour s’immiscer dans la politique britannique en infiltrant le parlement du pays, accusant le MI5 de “diffamation et d’intimidation”.

Répondant aux affirmations rendues publiques jeudi, l’ambassade de Chine à Londres a riposté au MI5 et au gouvernement britannique, déclarant qu’il n’avait “pas besoin” d'”acheter de l’influence dans un parlement étranger”.

A lire aussi : Tout savoir sur la lipocryo ou cryolipolyse

Se moquant de l’allégation, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin, a suggéré que les responsables britanniques “ont regardé trop de films 007, conduisant à des associations mentales inutiles”, déclenchant ces “remarques alarmistes”.

“Nous nous opposons fermement à la diffamation et à l’intimidation contre la communauté chinoise au Royaume-Uni”, indique un communiqué sur le site Internet de l’ambassade, ajoutant que “la Chine a toujours adhéré au principe de non-ingérence dans [an]affaires intérieures d’un autre pays ».

Le démenti ferme intervient après que le politicien conservateur Iain Duncan Smith a fait référence à une lettre du président du Parlement britannique Lindsay Hoyle à tous les députés. Dans une déclaration à la Chambre des communes, Duncan Smith a affirmé que “Hoyle avait été contacté par le MI5 … pour mettre en garde contre une femme nommée Christine Lee, qui avait été” engagée dans des activités d’ingérence politique au nom du Parti communiste chinois “.

Lee, qui aurait été impliqué dans le groupe parlementaire multipartite chinois en Grande-Bretagne, est accusé de “s’engager” avec des députés dans le but de “renverser les processus ici” au nom du PCC.

Suite à la déclaration de Duncan Smith, le député travailliste Barry Gardiner a confirmé qu’il avait reçu des fonds de Lee mais qu’il avait été en contact avec les services de sécurité britanniques au sujet des dons, totalisant plus de 420 000 livres (576 720 dollars) sur cinq ans. Le gouvernement trouve “profondément préoccupant” qu’un individu ait ciblé des parlementaires pour qu’ils se livrent “à des activités d’ingérence politique au nom du Parti communiste chinois”.

(RT.com)

Laisser un commentaire