Tout savoir sur les fonds communs de placement dans l’innovation

Dans le monde où nous vivons actuellement, à l’ère du digital, le mot « innovation » a parfaitement sa place. Aucun domaine n’y échappe d’ailleurs et le plus souvent on fait référence à la technologie. Le high-tech s’incruste ainsi dans tous les secteurs allant de l’électronique au domaine médical. De plus en plus de start-ups et d’entreprises qui œuvrent dans des concepts innovants voient le jour. C’est dans ce contexte que l’on retrouve un type d’investissement peu commun qui est le fond commun de placement dans l’innovation.

Qu’entend-t-on par fond commun de placement dans l’innovation ?

Les fonds communs de placement dans l’innovation ont été créés en 1997. Ils font partie des fonds communs de placement comme vous pouvez voir sur Saxo et ils sont destinés à donner aux investisseurs la possibilité de financer des PME qui ont des concepts innovants tout en profitant d’une baisse d’impôts assez considérable. Bien que très tentant, il est quand même bien de souligner qu’il s’agit d’un placement considéré à risque dans le sens où l’investissement est réalisé sur des entreprises non cotées en bourse.

Que faire pour investir dans les fonds communs de placement dans l’innovation ?

Il faut savoir que ce ne sont pas toutes les PME qui sont éligibles au FCPI. Il existe des critères d’éligibilité bien précis pour en bénéficier, comme par exemple le fait que le siège social de l'entreprise doit se situer dans l’espace économique européen. Le montant du financement de la PME choisie doit être au minimum 70%. Les 30 % restants peuvent être investis dans des actions ou des obligations. Pour ce qui est des FCPI, ils doivent être déclarés dans un formulaire complémentaire 2042 C de la déclaration de revenus.

A lire aussi : Estimation maison : Pourquoi l’intervention d’un professionnel est de mise ?

Quel rendement peut-on espérer des FCPI ?

Bien que les FCPI soient très tentants surtout maintenant que les termes “innovations technologiques” sont sur toutes les lèvres et que les start-ups fleurissent de partout, ils restent des investissements à risques. La raison est que justement les entreprises qui sont éligibles à ces placements sont le plus souvent jeunes et bien sûr, elles ne sont pas cotées. Elles sont encore en plein développement si bien qu’il est difficile de prévoir leur évolution et leur réussite. Quand bien même les avantages fiscaux perçus par les investisseurs sont intéressants, il est de rigueur d’avoir conscience de tous les risques encourus pour ce type d’investissement.

Lire également : 5 questions à poser lors de l'achat d'une propriété