« Life of Dog » montre la beauté des mongreys et la dureté des rues

Les chats sont toujours les plus beaux chiens et ceux qui ne sont pas d’accord, ne sont pas d’accord à la maison. Si vous vouliez également gagner à Mega-Sena pour sauver tous les chiens et chatons de la rue et leur donner le sanctuaire qu’ils méritent, avec beaucoup d’affection, d’amour et d’attention, « propre » est le son que vous allez faire plusieurs fois de suite en regardant le film « Dog Life ».

A lire aussi : Critique : Pinceaux « Ghost of Tsushima Director's Cut » à la perfection

Et le « propre » du documentaire d’Elizabeth Lo (« Hotel 22 »), qui s’ouvre ce vendredi (20), est à la fois pour la douceur des animaux et pour la tristesse due à leur situation dans la rue. Le long métrage a été tourné en Turquie, pays dans lequel il est interdit de capturer des chiens dans la rue et de les sacrifier, entre 2017 et 2019. Les animaux ont une étiquette sur leur oreille.

« Dog Life » est une lettre d’amour aux chiens. Image : Distribution/divulgation de Synapse

Avez-vous vu cela : Voyager au Nicaragua : ce qu'il y a à savoir

En savoir plus :

Le premier chien à apparaître dans le film est Zeytin, un beau caramel qui pourrait bien être brésilien. Très regardant, les gens qui vous voient dans les rues doucement, louent et parfois l’aident. Mais comme partout, il y a ceux qui ont peur d’un chien de rue, les voyant toujours avec un mauvais pitch.

Pour ceux qui pensent que l’accroche cardiaque se résume aux animaux de la rue, le film d’Elizabeth Lo accompagne le groupe de garçons qui élèvent Zeytin et d’autres chiens. Les garçons sont originaires de Syrie et sont allés en Turquie pour fuir la guerre civile dans le pays. L’un d’entre eux affirme être à Istanbul pendant deux ou trois ans, sans autre lieu de vie.

Les jeunes sont prudents avec Zeytin et Nazar, un chien qui vit également avec eux. Le documentaire est brut et ne romantique pas la situation difficile du groupe. Pour cacher la faim, les garçons finissent par avoir recours à de la drogue, comme la cigarette et la colle. Cependant, ils trouvent toujours un moyen de nourrir les animaux.

Il y a également Kartal, un troisième chien qui a des parents et des frères et sœurs et qui est pris en charge par un travailleur. C’est sur place que toute la situation est bien résumée par l’un des hommes qui apparaît brièvement dans le documentaire : « ils (les garçons) font du mal à eux-mêmes, mais ils ne feraient pas de mal aux animaux ».

Diriez-vous « non » à cet ange ? Image : Distribution/divulgation de Synapse

« Life of Dog » a une proposition intéressante et est un documentaire bien réalisé avec de belles images des chiens. Il vaut la peine d’être averti, cependant : ceux qui se soucient des droits des animaux sortiront avec un cœur serré et même un peu triste. Le message qui reste est le suivant : n’achetez pas, adoptez-le !

Le documentaire d’Elizabeth Lo, produit en partenariat avec Shane Boris, producteur de « Democracy in Vertige », est disponible à l’achat et à la location sur les plateformes suivantes : Claro Now, Vivo Play, Sky Play, Google Play et YouTube Filmes. « Dog Life » est distribué par Synapse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *