Facebook a supprimé 20 millions de publications en raison de la désinformation

Facebook et Instagram ont supprimé plus de 20 millions de messages de désinformation sur le Covid-19 entre le début de la pandémie et le mois de juin, mais ils n’ont pas pu dire à quel point ces types de fausses allégations sont répandus sur les plateformes.

A lire aussi : GM reprend la deuxième série d'usines au Brésil pour la production de Tracker et Onix

En effet, le réseau social mesure la prévalence d’autres types de contenus, tels que le discours haineux et la nudité des adultes, mais il est plus complexe de diriger correctement la façon de parler du virus, a déclaré l’entreprise.

« En ce qui concerne le Covid-19, cependant, les choses évoluent encore plus rapidement, ce qui rend la prévalence encore plus difficile à définir et à mesurer », a expliqué Guy Rosen, vice-président de l’intégrité chez Facebook, lors d’une conférence de presse mercredi.

A lire également : iPhone 13 Pro Max laisse ses prédécesseurs « en pantoufle » dans le test de batterie - Téléphone portable - info

Les politiciens, dont le président américain Joe Biden, et d’autres groupes de défense sont critiqués sur les réseaux sociaux pour ne pas avoir réussi à lutter efficacement contre la propagation du Covid-19 et la désinformation concernant les vaccins. Facebook s’associe à des vérificateurs de faits, dirige les utilisateurs vers des informations fiables et étiquete la désinformation.

D’autre part, les chercheurs ont mis en doute l’efficacité de ces mesures pour contenir la propagation de fausses allégations en ligne. « Il y aura toujours des exemples de choses que nous perdons, et avec l’ampleur de notre application, il y aura des exemples de choses que nous abattons par erreur », a déclaré Rosen.

En outre, Facebook a déclaré qu’il dispose de plus de 65 critères pour de fausses allégations concernant le Covid-19 et les vaccins qui l’amèneraient à supprimer des publications de ses plateformes. L’entreprise a ajouté à cette liste, y compris de fausses allégations selon lesquelles les vaccins causent la maladie d’Alzheimer et que le fait d’être proche des personnes vaccinées peut causer des effets secondaires chez d’autres personnes.

En savoir plus :

Le réseau social a déclaré avoir supprimé plus de 3 000 comptes, pages et groupes pour avoir enfreint ses règles contre le Covid-19 et les vaccins. En outre, il a affiché des avertissements sur plus de 190 millions de contenus liés aux maladies sur Facebook que les vérificateurs de faits ont évalués, et affiche ces publications à un niveau inférieur dans les flux d’information des gens.

Facebook a rejoint l’Université Carnegie-Mellon et l’Université du Maryland dans le cadre d’une enquête et a déclaré que l’hésitation des gens aux États-Unis sur Facebook a diminué de 50 %. L’acceptation du vaccin a augmenté de 35 % en France, de 25 % en Indonésie et de 20 % au Nigeria, a indiqué le réseau social.

L’entreprise a également partagé de nouvelles données, notamment sur les domaines, liens, pages et publications les plus consultés aux États-Unis sur Facebook entre avril et juin. La plateforme compte un aperçu lorsque du contenu apparaît dans le fil d’actualités et que la mesure diffère de l’engagement. Le réseau social dispose de l’outil d’analyse de données CrowdTangle, mais les dirigeants ont soulevé des préoccupations concernant les données qui montrent une forte implication auprès des sites de droite.

Le , la page principale était l’UNICEF. L’article le plus visionné était l’image d’un conférencier motivant qui a demandé aux utilisateurs d’identifier les premiers mots qu’ils voient dans un bloc de lettres.

Source : Cnet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *